Maya Goded

née en 1970 au Mexique
Vit et travaille au Mexique

Dans sa série Welcome to Lipstick, Maya Goded montre le quartier de prostitution de Reynosa, une ville à la frontière américano-mexicaine près du Texas. Le quartier de prostitution de Reynosa est pratiquement une ville en soi, une petite communauté avec ses propres règles et lois, où les femmes travaillent et vivent dans de petites chambres ne contenant qu’un lit et une télévision. Solitaires et isolées, ces femmes sont cachées derrière ces murs du regard inquisiteur du reste de la ville. Le quartier de prostitution de Reynosa existe depuis le 19e siècle. Alors empereur du Mexique, Maximilien de Habsbourg avait décidé de réglementer la prostitution et de donner aux femmes exerçant cette profession une étiquette de prostituée de première, deuxième ou troisième classe. Il voulait ainsi protéger ses soldats contre les maladies vénériennes. À la fin de la révolution mexicaine (1926), le régime alors en place décida de désigner des quartiers urbains spécifiques, dits ‘zones de tolérance’. Dans ces zones, le commerce agréé pouvait s’étendre à celui des corps, de sorte que le reste de la ville n’en était pas influencé. En raison d’un manque d’espace et de planification, la prostitution s’est répandue aléatoirement dans les quartiers pauvres de la ville de Mexico, là où le commerce des corps et celui des marchandises vont de pair. Dans d'autres villes telles que Reynosa, des quartiers clairement définis ont été créés, et la prostitution y a été officiellement reconnue dès 1925. Le travail de Goded nous montre des corps exposés à la vente, dans l'attente de clients qui semblent éviter ces quartiers autrefois très florissants. De nos jours, Reynosa est devenu un endroit violent et anarchique qui effraie beaucoup de monde. La plupart des résidents déménagent vers d’autres États du Mexique, ou émigrent aux États-Unis. Peu nombreux sont ceux qui restent : pris en otage par leur passé, leur propre histoire, une relation amoureuse, ou tout simplement par manque de ressources suffisantes pour partir. En dépit de cette défection évidente, l’instinct de survie des femmes maintient l’existence du quartier. Mais ce qui était autrefois le centre lucratif de la prostitution n’est plus aujourd’hui qu’une communauté dévastée.

Maya Goded, Untitled, 2010. From the series ‘Welcome to Lipstick’, Tamaulipas Re