Pablo Lopez Luz

né en 1979 au Mexique
Vit et travaille au Mexique

Pablo Lopez Luz prend des vues à vol d'oiseau du paysage urbain du Mexique. Il tire des clichés de villes qui se propagent dans toutes les directions, dans le but de commenter la relation entre l'humanité et l’espace qui l’environne. Les photographies aériennes de Mexico de Pablo Lopez Luz montrent une zone chaotique qui se transforme de plus en plus rapidement. Nous voyons une mégalopole menacée par l'urbanisation persistante, la surconsommation des ressources naturelles, la croissance débridée de la population et les inégalités économiques croissantes. Influencé par les peintres mexicains historiques - qui vantaient les richesses naturelles du pays - Pablo Lopez Luz tourne son objectif vers la périphérie de Mexico. Cette zone, autrefois une vallée aride et inhabitée, est maintenant occupée par la société rurale en migration, en quête infructueuse d'un Eldorado industrialisé. Les recherches de Luz sur le paysage créé par des mains humaines l'ont amené à la frontière américano-mexicaine, qu'il considère selon une nouvelle perspective, basée sur le point de vue du paysage et de l’obligatoire frontière politique. Luz suit les deux côtés de la frontière tout au long de régions complètement opposées. Dans ses clichés, le sens de l’orientation disparaît, et le nord et le sud ne peuvent être déterminés que par la présence de la ville. La notion de frontière est donc réinterprétée, et réduite au strict minimum. Ceci attire l'attention sur l'aspect physique du paysage en soi, avant tout discours politique ou social, ou encore sur l’émergence de la ville frontalière. La frontière ressemble à une cicatrice dans la topographie de la région, une barrière qui balafre la nature et dont les imposantes conditions sont déterminées par l'humanité.

© Pablo Lopez Luz